Comment vaincre la solitude du rédacteur web indépendant ?

fille seule assise devant fenêtre

Freelance : trouvez-vous des collègues pour ne pas rester seul

En démarrant votre activité en freelance, vous n’aviez peut-être pas pensé à un point : vous n’aurez plus de collègues ! Être rédacteur web à son compte, c’est se retrouver seul chez soi face à son écran d’ordinateur. Pourtant la solitude n’est pas une fatalité, et vous verrez qu’avec quelques astuces vous pouvez la vaincre !

La solitude n’est pas faite pour tous les indépendants 

En entreprise, vous pouvez être sûr d’une chose : vous n’êtes que rarement seul. Surtout avec la tendance des open spaces qui facilitent les échanges entre collaborateurs, mais empêchent souvent de se concentrer. 

La rédaction demande de la concentration, alors ne plus avoir Sophie de la compta ou Fabien du marketing qui viennent vous parler à intervalles réguliers, c’est une excellente chose ! 

Vraiment ? 

Être indépendant, c’est renoncer totalement à ses collègues pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Finis les pauses café, les ragots ou les repas à la cantine de la boîte (choisissez ce que vous préfériez). Même si 39 % des Français en télétravail durant le confinement souhaitent poursuivre l’expérience selon Ipsos, ils ne seraient en travail à domicile que 2 ou 3 jours par semaine. 

Si vous n’avez pas une appétence pour la solitude et que vous avez besoin d’être entouré et de communiquer régulièrement avec d’autres personnes, vous risquez de mal vivre le travail à la maison tous les jours. 

Mais pour vaincre la solitude, il n’y a pas que le coworking !  

Quand on débute dans le monde de l’entrepreneuriat, le coworking semble être la panacée pour éviter d’être seul face à soi-même. Il y a du monde, on travaille en open space, on rencontre d’autres freelances, on peut même reprendre ses pauses café/ragots/déj’ entre « collègues ».

Seulement le coworking a un coût : comptez en moyenne 250 €/mois en fonction de votre lieu d’habitation. Aïe… Dans votre budget de jeune freelance, c’est un sacré coût que vous ne pouvez peut-être pas débourser. Vous n’avez plus qu’à retourner vous enfermer chez vous, triste comme un menhir… 

Alors, c’est quoi les autres solutions pour dire adieu à la solitude ?

Je vous parle par expérience, la solitude, même si on l’apprécie, finit par peser au quotidien. Et si on n’a pas le budget pour se payer un coworking, qui ramène les mêmes inconvénients qu’un travail en entreprise pour moi, il y a d’autres solutions pour mieux supporter le travail à domicile !

Ce qui fonctionne le mieux pour moi, c’est d’entrer en contact avec d’autres freelances. Car on a tous besoin d’être entourés de personnes qui peuvent comprendre nos problématiques et nous aider. Que ce soit virtuellement à travers des groupes Facebook de rédacteurs et freelances ou en présentiel en participant aux événements réseau de votre ville (afterworks, déjeuners, regroupements d’entrepreneurs comme les BNI…), vous ne serez plus seul.  

Sortez de chez vous le soir pour aller boire un verre avec vos amis, faire du sport dans un club ou pratiquer une activité artistique. Vous verrez que c’est déjà plus facile. 

Vous pouvez aussi vous trouver un business friend pour vous motiver. Un peu comme un collègue, vous pouvez décider de vous appeler tous les matins en visio pour prendre le café ensemble pendant votre pause. 

Restez totalement seul n’est pas viable pour un freelance 

Certes, la solitude peut causer des dommages psychologiques et vous empêcher de vous épanouir pleinement en tant que freelance – et qu’être humain par la même occasion puisque nous sommes des êtres sociaux. Mais au-delà de cet aspect psychologique et émotionnel, rester seul et ne pas s’ouvrir au monde de l’entrepreneuriat vous fera passer à côté d’opportunités business. Échanger avec d’autres entrepreneurs, c’est aussi une manière douce de prospecter…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page